VICTIMES DE POLLUTION PÉTROLIÈRE EN ÉQUATEUR MOBILISENT LE MONDE POUR LA SENTENCE DE 9 MILLIARDS DE DOLLARS IMPOSÉE À CHEVRON

 

Bruxelles, Belgique – 26 février 2016 – Au nom des plus de 30000 indigènes et colons affectés par unes des pires pollutions pétrolières de l’histoire, le Bureau européen de l’environnement (EEB) a lancé une initiative de levée de fonds via Grrrowd.org. En 2013, pour ce qui constitue une sentence historique, la Cour suprême de l’Équateur a dicté à Chevron de payer 9 milliards de dollars à ses victimes pour la création d’un programme de santé et le nettoyage de la pollution qu’elle a causé dans la forêt amazonienne. Jusqu’à présent, Chevron a refusé de payer et a promis aux victimes une « vie de procès ». Le défi que se propose Grrrowd aujourd’hui vise à mobiliser les citoyens du monde, la « foule mondiale », pour soutenir ces victimes à maintenir leur lutte aussi longtemps que nécessaire.

La pollution pétrolière causée par Chevron en Amazonie équatorienne est un des majeurs désastres environnementaux de l’histoire mondiale. Les méthodes d’extraction inadaptées utilisées dans les champs pétroliers de Sucumbíos et Orellana entre 1964 et 1995 ont conduit à la contamination de plus de 400000 hectares de forêt amazonienne. Depuis lors, les populations locales, peuples indigènes et fermiers, sont exposées à des eaux et terres polluées. Encore aujourd’hui, ils sont nombreux à tomber malades et mourir comme conséquence directe ou indirecte de cette contamination.

En 1993, 30000 victimes ont poursuivi Chevron en justice à New-York. Cependant, neuf ans plus tard, Chevron réussit à persuader la Cour new-yorkaise à transférer le cas aux Cours équatoriennes. Le procès qui suivit dura dix ans et aboutit en 2013  lorsque la Cour suprême de l’Équateur donna un verdict condamnant Chevron en tant que responsable des dommages causés à la forêt amazonienne et à sa population. La sentence de Chevron a été fixée à 9 millions de dollars pour réparation des terres polluées et un programme de santé pour les affectés. Étant donné que Chevron refuse de payer et ne possède plus d’actifs en Équateur, les victimes ont entamé des démarches légales pour demander la saisie des actifs de Chevron dans d’autres pays afin de récupérer la compensation qui leur est due.

L’avocat activiste Pablo Fajardo, qui représente les victimes, explique : « Chevron a empoissonné nos terres et plusieurs des nôtres sont malades ou morts, tout comme notre bétail. Au lieu de payer pour le programme de santé et la réparation environnementale qui est nécessaire, Chevron a engagé une armée de plus de 2000 avocats pour nous accuser d’essayer de leur soutirer de l’argent. Nous ne pouvons pas engager une armée d’avocats et nous n’en avons pas besoin. La vérité est de notre côté, nous devons juste être capables de continuer la lutte contre Chevron pour l’empêcher de l’emporter par la force ».

Leida Rijnhout, Directrice pour les politiques globales et la durabilité au Bureau européen de l’environnement (EEB), la majeure fédération d’organisations citoyennes environnementales en Europe (150 organisations membres dans plus de 30 pays représentant 15 millions de citoyens) ajoute : « EEB lutte pour la justice environnementale. En soutenant cette action de collecte de fonds, nous complétons notre travail politique avec des actions directes. Cette injustice a eu lieu en Équateur mais obtenir justice dans ce cas aura des implications globales. Si les gouvernements et les sociétés échouent à protéger le droit fondamental à un environnement propre et sain, l’unique option à disposition des communautés locales est de s’adresser aux tribunaux pour obtenir justice. Il s’agit d’un exercice qui requiert un grand soutien citoyen. »

Grrrowd mobilise la foule mondiale pour demander des comptes aux multinationales qui réalisent un profit aux dépens d’écosystèmes irremplaçables et de conditions de vie digne pour les gens. Un ensemble de petits dons peut rendre possible une jurisprudence importante, partager ce cas sur les réseaux sociaux peut le mettre sous les projecteurs.

 

Contact

Pour plus d’information, veuillez contacter :

Pablo Fajardo, avocat des victimes

Email: pablofajardom@gmail.com

Leida Rijnhout, Directrice pour les politiques globales et la durabilité, EEB

Email: Leida.rijnhout@eeb.org

Tél: +32 (0)2 274 10 82

 

Marco Witschge, Directeur exécutif, Grrrowd

Email: marco@grrrowd.org

Tél: +31 (0)70 221 0362

 

Contactos: Unión de Afectados y Afectadas por las Operaciones de Texaco (UDAPT)

Quito Ecuador

Teléfonos: (593) 2 273533

Correo electrónico: casotexaco@gmail.com

María Eugenia Garcés: 0999225516

Nancy Rodríguez: 0999949337

Posted on février 26, 2016 in Sin categoría

Share the Story

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top